CULTURE IVOIRIENNE

Bernard Dadié – journaliste, conteur, dramaturge, romancier et poète

La Côte d’Ivoire présente une littérature abondante, riche de sa diversité de style et de ses proverbes, soutenue par des infrastructures éditoriales relativement solides et des auteurs de différentes notoriétés.Les plus célèbres de ces auteurs sont Bernard Dadié, journaliste, conteur, dramaturge, romancier et poète qui domine la littérature ivoirienne dès les années trente, Aké Loba (L’Étudiant noir, 1960) et Ahmadou Kourouma (Les Soleils des indépendances, 1968) qui a obtenu le Prix du Livre Inter en 1998 pour son ouvrage devenu un grand classique du continent africain, En attendant le vote des bêtes sauvages . À ceux-ci s’ajoute une nouvelle génération d’auteurs de plus en plus lus dont Véronique Tadjo, Tanella Boni, Isaie Biton Koulibaly, Camara Nangala… L’art ivoirien se caractérise par de nombreux objets usuels ou culturels (ustensiles, statues, masques…) réalisés dans diverses matières et dans diverses parties du pays par chacun des groupes culturels qui témoigne de son art de vivre par ses réalisations. Ainsi, des matériaux tels le bois ou le bronze, le raphia ou le rotin ou encore le bambou permettent la réalisation de vanneries, sculptures, meubles d’art, statues et masques. Les masques Dan, Baoulés, Gouros, Guérés et Bétés sont les plus connus. L’art du tissage est également partagé par les Baoulés et les Sénoufos qui sont en outre reconnus pour leur peinture sur tissu.

Masque baoulé

Des figurines de cuivre servant autrefois à peser l’or sont aujourd’hui utilisées comme ornementation, particulièrement dans l’aire culturelle Akan. Mais la danse, soutenue par une variété d’instruments de musique (tam-tams, balafons), reste une pratique largement partagée par tous les peuples ivoiriens traditionnels. Certaines danses ont acquis une célébrité nationale : le Temate de Facobly, la danse des échassiers de Gouessesso et Danané, le Boloye du pays sénoufo, le Zaouli du pays gouro. Il convient également de citer les poteries artistiques fabriquées notamment par des femmes, et entièrement réalisées à la main. Les poteries de Katiola sont les plus célèbres du pays. Ce patrimoine culturel est abondant et disponible. De nombreuses oeuvres traditionnelles (surtout les sculptures) sont vendues aux touristes de passage dans les villes balnéaires comme Grand-Bassam ou Assinie. D’autres encore sont exposées dans des galeries d’art ou au musée des civilisations d’Abidjan. Des peintres tels Gilbert G. Groud ou Michel Kodjo exposent assez fréquemment des oeuvres de notoriété, alors que la bande dessinée est dominée par Zohoré Lassane, caricaturiste et fondateur du journal d’humour et de satire Gbich !. On trouve en Côte d’Ivoire une grande variété de monuments historiques. Grand-Bassam, première capitale de la Côte d’Ivoire, abrite le Palais du Gouverneur, siège du premier gouvernement à la colonie des français à la République de Côte d’Ivoire, pré-fabriqué en France, avant d’être reconstruit et amélioré en Côte d’Ivoire en 1893. La ville compte également au nombre de ses bâtiments pittoresques de style colonial, la maison Varlet et la maison Ganamet appartenant à l’époque à de riches commerçants et dont l’architecture intègre des matériaux locaux de construction. A Abidjan, la cathédrale Saint-Paul présente une architecture très particulière et contient deux pans entiers de vitraux représentant l’arrivée des missionnaires en Afrique. À Yamoussoukro, la basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro inaugurée et consacrée par le Pape Jean-Paul II en 1990, est une réplique de la basilique Saint-Pierre de Rome et peut accueillir, dans sa partie centrale 18000 personnes dont 7000 assises, 30000 personnes debout sur son parvis et plus de 150000 personnes debout dans l’espace compris entre les colonnes de son esplanade.

Masque Sénoufo: « Waniugo »

Elle est d’autre part considérée comme l’un des édifices religieux les plus grands et les plus vastes au monde, respectivement en termes de hauteur et de superficie, et a nécessité environ 300 millions de dollars pour sa construction. Mais le bâtiment de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix est également remarquable. Dans le nord du pays, des édifices religieux musulmans de style soudanais caractérisés par un type d’architecture introduit dans l’Empire du Mali au 14e siècle sont également remarquables. Les plus significatifs sont la mosquée de Kaouara (département de Ouangolodougou), la mosquée de Tengréla, la mosquée de Kouto, la mosquée de Nambira (sous-préfecture de M’Bengué), les deux mosquées de Kong ayant, selon les spécialistes, une triple valeur architecturale, historique et patrimoniale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image